Le Snacking : Tour d’horizon sur cette nouvelle tendance

 Article précédent Article suivant 
posté le 11 Juin 2019 / par Publika Dev

Inscrit dans le cadre des métiers de bouche, le snacking a cet avantage d’attirer l’attention. Ce n’est pas étonnant si différents secteurs d’activité l’utilisent pour booster leur chiffre d’affaires. Le snacking ne se contente pas d’être une nouvelle tendance du fooding. Il évolue. Il suit la tendance culinaire, ou mieux, il se positionne comme un mode de consommation phare adapté au rythme de vie actuel.
 

Chiffres d’affaires générés par le snacking dans quelques secteurs d’activité


 
Les boulangers sont les premiers à tirer meilleur profit du snacking. D’après une étude publiée en décembre 2017 sur les métiers de bouche en France, l’augmentation du chiffre d’affaires généré par le snacking dans la boulangerie est de +3,1 %. Cette étude qui décrypte à quel point les différents secteurs d’activité se développent grâce au snacking et à la vente à emporter. Par exemple, le pourcentage du CA gagné par les bouchers qui pratiquent le snacking comme levier de développement de leur entreprise est de +1,8 %.
 

Les codes du snacking


 
Le snacking est un mode de consommation, mais c’est aussi une offre alimentaire qui respecte des codes bien précis. C’est tout d’abord un service rapide. Le consommateur doit y avoir accès en moins d’une demi-heure. Son prix est très intéressant, donc, abordable. Le plus cher est équivalent à celui d’un ticket-restaurant. Le client le consomme sur le pouce. Le nomade n’a aucune difficulté à le déguster. La formule pouvant être composée d’un plat, d’une boisson et/ou d’un dessert, elle peut être prise en dehors des repas. De nos jours, elle peut remplacer les repas réguliers, mode de vie urbain oblige.
 

Les clés de la réussite du snacking


Pour parvenir à booster leurs ventes, les artisans du goût qui proposent une offre de snacking comme business additionnel doivent :
 
•             Mettre en avant leur savoir-faire artisanal et faire preuve d’authenticité
 
C’est ainsi qu’ils remporteront la concurrence contre les grandes distributions et les grandes marques qui, elles aussi, proposent du snacking à leur manière, à l’instar de Babybel avec sa collation composée d’un mini-babybel et d’un cracker.
 
•             Suivre la tendance du « manger sain »
 
C’est très en vogue. On privilégie les produits « sans », c’est-à-dire sans additifs, sans gluten et sans colorant, et aussi avec peu de gras et étant peu salé. Pour ne pas trop se contraindre, il suffit de personnaliser l’offre. De cette façon, il est possible de respecter le régime alimentaire de chaque client.
 
•             Mettre en place des signaux de restauration
 
Ces signaux de restauration sont composés de chaises, de tables, d’une zone mange-debout et de fauteuils.
 
•             Compléter les signaux de restauration par du bon merchandising vendeur
 
Il faut bien présenter les produits. Il ne faut pas hésiter à proposer une collation à l’heure adéquate. Soignez vos vitrines !
 
•             Varier l’offre au cours de la journée
 
Mettez un point d’honneur au petit-déjeuner, puis au déjeuner et enfin au souper, sans oublier l’en-cas matinal, le casse-croûte de l’après-midi, l’apéro-dînatoire et l’afterwork dit parfois « frigo vide ».
 
•             Proposer diverses gammes de produits
 
Soyez à l’affût des types d’offres tendances, et proposez-en ! Que les préparations chaudes soient présentes, tout comme les préparations froides, ainsi que les produits de saison.
 

Laissez un commentaire



commentaires